News

Message de Noël de S.S. Aram I, 6 janvier 2003

06 February 2003

ÊTRE CHRÉTIEN, C'EST UN COMBAT SPIRITUEL

 

L’Incarnation de Dieu est décrite dans l’Évangile comme Emmanuel, c’est à dire Dieu avec nous. C’est là l’essence même de la révélation divine. Dans la théologie chrétienne la révélation de Dieu c’est précisément être avec l’homme, révéler Son amour envers Sa créature, engager le dialogue avec elle. Ce n’est pas là une relation ordinaire mais un dialogue entre le Père et le Fils. L’Incarnation est    effectivement Dieu-avec-l’homme, afin de ré-humaniser l’homme et de rétablir en lui l’imago Dei.

 

L’Épiphanie est l’humanisation de Dieu et la divinisation de l’homme, un thème favori des Pères Orthodoxes de l’Église. Elle est donc non seulement un événement précis, limité dans le temps mais une réalité continue. L’Incarnation de Dieu est une invitation à être avec Dieu qui a voulu être en Christ avec nous. Être chrétien c’est donc être avec Dieu. Quelle grâce divine! Quelle vocation sacrée!

 

Être chrétien c’est être en dialogue avec Dieu.

 

Par Son initiative Dieu est engagé en dialogue avec l’homme. La Bible est l’histoire de ce dialogue divino-humain. Or la question qui s’impose au chrétien qui croit en Jésus Christ est la suivante: Est-il en dialogue avec Dieu? Accepte-t-il Dieu comme partenaire de dialogue dans ses pensées, ses actions et sa manière de vivre? Le monologue constitue la fin de l’homme car, sans cette dimension transcendante qu’est le dialogue spirituel avec Dieu, l’humanité perd sa particularité, sa raison d’être. Est-ce que nous sommes en dialogue avec Dieu dans notre vie quotidienne si dominée par les “dieux” du monde?

 

Être chrétien c’est avoir Dieu comme centre de notre vie.

 

Dieu en Jésus Christ est entré dans la vie humaine dans toutes ses dimensions et dans toutes ses manifestations. Le Christ est devenu la vie même de l’homme. La vie est don de Dieu. Par conséquent la vie du chrétien doit être théocentrique. Dieu doit être la source, le fondement d’une vie qui prétend être chrétienne. Dieu en Jésus Christ doit constituer le centre de gravité, l’Alpha et l’Omega de la vie humaine. Est-ce que le Christ est au centre de notre vie? Est-ce que nos pensées et nos actions émanent de ce centre?

 

Être chrétien c’est considérer Jésus Christ comme la voie de notre vie.

 

Dans le monde d’aujourd’hui le chrétien se trouve au carrefour de nombreuses voies. La question qui se pose est de savoir quelle est celle où il doit s’engager. Jésus Christ a bien dit: «Je suis la voie» (Jean 14:6). Par Sa vie et Sa mission Il a indiqué de manière visible et concrète la voie qui mène l’humanité aux valeurs du Royaume, à Dieu. Est-ce que nous acceptons Jésus Christ comme la voie de notre vie? Est-ce que nous suivons fidèlement cette voie?

 

Être chrétien c’est confesser Jésus Christ comme la vérité de notre vie.

 

Dans la vie quotidienne nous sommes confrontés à des vérités si attrayantes mais corruptrices. Quelle est notre vérité réelle, authentique? Souvenons-nous toujours que notre Seigneur s’est défini comme la Vérité du monde (Jean 14:6). Est-ce que nous croyons en Christ comme l’unique Vérité, le Credo de notre vie? Est-ce que nous vivons cette vérité et ses impératifs dans notre vie envahie par tant de «vérités»?

 

Être chrétien c’est lutter pour les libertés.

 

Dieu a créé l’homme afin qu’il réalise son humanité librement, Jésus Christ a défini sa mission comme étant de «renvoyer libres les opprimés» (Luc, 4:19). La liberté est donc un don divin; elle est intégrale à la création et à la vocation de l’homme. L’homme ne peut vivre dignement et authentiquement sa propre vie sans liberté. Est-ce que nous œuvrons pour recouvrer notre liberté et la liberté des autres? Est-ce que nous traduisons notre liberté en une source de responsabilité, de dignité, de créativité et de progrès?

 

Être chrétien c’est combattre l’injustice.

 

C’est ce qu’a fait Jésus Christ. Il n’a pas seulement condamné l’injustice, rejetant l’ordre, les relations et les situations injustes; Il a lutté pour la justice en combattant l’injustice. Le but de l’Incarnation divine était précisément l’établissement de la justice. Jésus a dit:

 

«Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés» (Mat. 5:6) et «Le Royaume de Dieu est à ceux qui sont persécutés pour la justice» (Mat. 5:10). Les hymnes sacrées de l’Église Arménienne présentent le Christ comme «Champion de la Justice». Faire  justice et  œuvrer pour  la  justice doivent donc  être  au  cœur  de  l’engagement chrétien. Est-ce que nous sommes conscients de cette responsabilité dans notre société déchirée et divisée par tant d’injustices, visibles et invisibles? Est-ce que nous sommes sérieusement engagés pour un ordre mondial basé sur les principes de justice?

 

Être chrétien c’est faire la paix.

 

L’Incarnation du Fils de Dieu est annoncée par les anges comme la venue de la paix sur terre. Le nom de Dieu est paix. La paix de Dieu c’est la paix fondée sur la justice, sur le respect de la dignité et les droits humains, sur les valeurs morales et spirituelles. Le Christ a dit: «Ceux qui luttent pour la paix ils seront appelés fils de Dieu» (Mat. 5:9). Œuvrer pour la paix c’est faire justice tout comme faire justice c’est l’unique voie vers la paix. C’est ce qu’enseigne l’Évangile. Est-ce que nous luttons activement pour une paix fondée sur la justice? Est-ce que la voie de la paix, si complexe et si  dangereuse, est la voie de notre vie et la direction de notre action?

 

Être chrétien c’est travailler pour la réconciliation.

 

Dieu  en  Jésus  Christ  a  bien  réconcilié l’homme avec  Lui.  Être  en  Dieu  c’est  être réconcilié non seulement avec Dieu mais aussi avec les hommes. L’Incarnation de Dieu est une invitation à la réconciliation entre tous les hommes. Pour un chrétien ceci n’est pas une prescription ordinaire. C’est l’essence même du Christianisme et le fondement de la foi chrétienne. C’est la base de l’action chrétienne.

 

Être chrétien c’est donc un combat, un combat spirituel, un combat continu, un combat acharné contre toutes les structures et systèmes, idéologies et pratiques qui génèrent l’injustice, la violence et le mal. C’est un combat pour les droits de l’homme, pour la dignité humaine, pour la paix en justice et pour la réconciliation.

 

L’Évangile n’admet pas l’isolement et le monologue. Il est tout à la fois un défi et une invitation à l’engagement, au dialogue et au combat pour une qualité de vie soutenue par les valeurs morales.

 

Être chrétien c’est vivre l’Évangile dans cette vision.

 

Aram I

Catholicos de Cilicie

 

Janvier 2003