News

Message de Noël de S.S. Aram I, 4 janvier 2005

04 January 2005

BETHLÉHEM, SOURCE DE VIE ÉTERNELLE

 

Parlant de l’Incarnation du Fils de Dieu, l’Apôtre Saint Jean dit: Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle (Jn 3,16).

 

Dieu devint homme, afin d’offrir à l’homme la vie éternelle. C’est là l’essence même de la foi chrétienne.

 

Il est indispensable que le chrétien, tout en étant soutenu par la force de sa foi, appréhende les vérités fondamentales de sa foi par la raison. En ces jours emplis du mystère et du message de Bethléhem, essayons donc de comprendre cette vie éternelle, but du chrétien et pivot de sa vie.

 

La vie est don de Dieu. Depuis toujours de grands penseurs et d’éminents savants one tenté de trouver la source de la vie. Mais la question d’où et comment vient la vie? demeura sans réponse pour tous ceux qui en cherchèrent la genèse de la vie loin de Dieu. La Bible affirme que Dieu est la source de la vie et que la vie est le plus grand don fait à l’homme par Dieu.

 

Il faut vivre la vie comme une vérité théocentrique. Source de la vie humaine Dieu en est aussi le pivot. Par conséquent, chaque seconde vécue par l’homme doit refléter la présence divine. L’homme n’a  pas  le  droit de  s’approprier cette vie  offerte par  Dieu. Une telle approche est la négation même du don de Dieu.

 

Il faut vivre la vie avec un sens de la responsabilité. La vie donnée à l’homme est un moyen pour la vivre dans un but divin; autrement dit, pour le Royaume de Dieu et non point pour le plaisir, le gain et la gloire de l’homme. L’homme est appelé à vivre dans la fidélité à Dieu.

 

L’Ancien Testament représente le refus de l’homme d’une vie théocentrique. En Jésus Christ et par son sang, Dieu venait rétablir la qualité et la valeur de la vie ruinée par l’homme. Le Fils de Dieu venait re-créer l’homme avec la vie éternelle. L’Apôtre témoigne: Dieu nous a donné la vie éternelle et cette vie st dans son Fils (1Jn 5,11). Or que signifie vie éternelle?

 

Premièrement. La vie éternelle est l’ensemble des valeurs et des principes incarnés par Jésus Christ. La vie éternelle apparaît de manière existentielle et compréhensive dans la vie de Christ, car Celui-ci est le Dieu véritable et la vie éternelle (1Jn 5,20). Non seulement par son enseignement mais aussi par sa vie et sa mission, Christ a dit aux hommes: Je suis la vie éternelle, ne la cherchez pas ailleurs. Par conséquent, la vie éternelle a déjà pris forme en ce monde par la voie Bethléhem. Ceci est le message de l’Évangile. Mais comment avoir cette vie et la vivre en ce monde ?

 

Deuxièmement. La vie éternelle est une vie de foi. Dans l’Évangile apparaît clairement l’importance cruciale de  la foi dans la vie de l’homme. La vie éternelle c’est d’accepter que Jésus est Fils de Dieu (Jn 3,15). Vivre la vie comme une réalité centrée autour de Dieu signifie pétrir cette vie avec la foi. Et l’existence vécue dans la foi est la vie éternelle car c’est là que se reflètent les valeurs du Royaume de Dieu. Tandis qu’une existence vécue loin de la foi, axée sur les valeurs humaines est une vie dominée par le mal et le péché.

 

Troisièmement. La vie éternelle est une vie d’amour. Jésus vécut la valeur vitale et le message éternel qu’est l’amour, totalement et même par le témoignage de son sang. La croix est la manifestation concrète de cet amour. Par conséquent, vivre la vie éternelle signifie exprimer activement l’amour dans notre vie. N’oublions pas le message de l’Apôtre: Gardez- vous dans l’amour de Dieu, en attendant que Notre Seigneur   Jésus Christ dans sa miséricorde vous donne la vie éternelle (Jud 1,21).

 

Quatrièmement. La vie éternelle est une vie de service. Si la foi et l’amour ne se transforment pas en actes par le service, ils ne sont que concepts théoriques. Les valeurs chrétiennes doivent se concrétiser dans la vie existentielle. L’Apôtre le dit bien: Ainsi en est- il de la foi: si elle n’a pas les œuvres, elle est tout à fait morte (Jc 2,17). La vie éternelle, vie de foi et d’amour, ne revêt son sens complet et véritable que par le service aux pauvres, aux nécessiteux et aux marginalisés.

 

Cinquièmement. La vie éternelle est une vie pétrie d’espérance. Pour le chrétien la vie n’est pas simplement une vérité qui existe dans le présent; c’est un mouvement ouvert vers l’avenir et qui se dirige vers lui. Christ a déjà entamé la vie éternelle qui ne sera cependant complétée qu’avec sa deuxième venue sur terre. C’est avec cette espérance que le chrétien doit vivre ici-bas, afin que, justifiés par la grâce du Christ, nous obtenions en espérance l’héritage de la vie éternelle (Tt 3,7).

 

Voici donc le sens essentiel de la vie éternelle dans ses dimensions vitales. Bethléhem est le don de la vie éternelle offerte à l’homme, parce que Dieu a tellement aimé l’homme (Jn 3,16). Bethléhem est à la fois un rappel et une invitation à nous tourner vers la vie éternelle.

 

Sommes-nous prêts  à  approcher  Bethléhem  afin  de  recevoir  la  grâce  divine  de  la  vie éternelle? Sommes-nous prêts à vivre fidèlement aux valeurs, principes et défis qui en émanent? Sommes-nous prêts à rejeter tous les chemins attrayants qui s’ouvrent devant nous afin d’avancer dans la voie de l’amour et du service, de la foi et de l’espérance, la voie de la croix qui mène à la vie éternelle.

 

Dans le monde d’aujourd’hui, notre vie individuelle et collective est remplie de valeurs telles qui nous éloignent de la vie éternelle et voilent d’ombres ses valeurs authentiques. Dans tous les domaines et à tous les niveaux notre vie est éloignée de la qualité de vie, de pensée et d’action qui constitue le pivot de la vie éternelle révélée par Christ au monde.

 

L’Évangile raconte qu’un homme riche demanda à Jésus Que dois-je faire pour posséder la vie éternelle? Jésus répondit: … suis-moi (Mt 19,16-21).

 

Donc si nous voulons vivre authentiquement la vie éternelle nous devons ressembler au Publicain qui demande pardon à Dieu de ses fautes et non au Pharisien essayant de prier avec une piété fausse (Lc 18,9-14).

 

Si nous voulons vivre activement la vie éternelle nous devons ressembler au Samaritain soignant les plaies du blessé tombé au bord du chemin et non pas au Lévite indifférent (Lc 10, 30-37).

 

Si, comme chrétiens, nous voulons vivre la vie éternelle en ce monde, nous devons marcher dans les pas de Christ qui, par ses paroles, sa vie et son œuvre, nous ouvrit la voie de cette vie éternelle.

 

En ces jours de fêtes nos pensées vont plus que jamais vers le Liban. Dans les difficultés de toutes sortes où se débattent les Libanais nous voulons voir les lueurs d’espoir annonciatrices d’un avenir meilleur. Mais il faut lutter ensemble pour un Liban plus indépendant, plus souverain, plus unifié, plus organisé et plus fort.

 

Lutter ensemble implique dialoguer sincèrement et travailler ensemble sur la base des valeurs et des principes qui constituent l’identité et l’existence même du Liban.

 

ARAM I

CATHOLICOS DE CILICIE

 

4 janvier 2005

Antélias, Liban