News

ANTONY KRAFFT-BONNARD Un demi siècle au service des Arméniens

25 September 2015

Սոյն խօսքը ամփոփումն է Ն.Ս.Օ.Տ.Տ. Արամ Ա. Վեհափառ Հայրապետին պատգամին արտասանուած Զուիցերիոյ մէջ, Հայոց Ցեղասպանութենէն ճողոպրած Պէնյէնի եւ Ժընեւի որբերուն, ինչպէս նաեւ մարդասէր ու հայասէր Պատուելի Անթոնի Քրաֆթ Պոնարտի նուիրուած յիշատակի ձեռնարկի ընթացքին:

Vous connaissez la parole de notre Seigneur Jésus Christ, rapportée par l'Evangile de Matthieu (25: 34-6). Jésus dit qu'il a faim, soif, qu’il est nu, malade, ignoré. Et il dit : alors vous m'avez aidé. Ces versets de l'Evangile expriment le cœur même de la foi chrétienne.

L’objectif de l'incarnation du fils de Dieu n'était pas d'établir une religion comme on fonde une idéologie ou un système social ou moral. Sa mission était de recréer l'homme et la femme à l’image de Dieu, image qui été perdue à cause du mal et du péché, et donner la vie éternelle à l'humanité.

L'amour est au cœur de l'enseignement et de la mission du Christ. En effet, l'amour est l'essence du message de l'Evangile. Selon l'Evangile, nous ne pouvons pas véritablement aimer Dieu si nous n'aimons autrui comme nous-même. Jésus a dit : c'est ici mon commandement : aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimé (Jean 15:12).

Beaucoup des qualités sont des expressions de l'amour selon la Bible, telles que partager le pain ave celui qui a faim (Esaie, 58: 7), offrir l'hospitalité à celui qui est sans refuge (Rom. 12: 13), et assister celui qui a besoin d'aide.

Ces qualités et valeurs de vie, enracinées dans l'amour de Dieu et des autres, se sont concrètement et existentiellement manifestées dans la personne et la vie d’Antony Krafft-Bonnard.

Natif du Canton de Vaud, pasteur, auteur de plusieurs livres sur les Arméniens, fondateur et directeur du foyer des orphelins arméniens de Begnin et de Genève, Antony Krafft-Bonnard a entamé en 1896 une activité intense et dynamique en faveur des Arméniens et de leur cause, qui durera jusqu'à sa mort en 1945. Il a donc œuvré un demi-siècle au service des Arméniens.

Antony Krafft-Bonnard était davantage qu’un individu. Je le considère comme l'un des symboles du peuple Suisse, qui a incarné dans son existence et sa mission, et avec une fidélité exemplaire, les qualités et les valeurs authentiques du peuple suisse. En la personne de Krafft-Bonnard, le peuple Suisse a écouté les paroles du Christ, et a répondu à l'appel de la foi en donnant une expression éloquente à leur amour pour Dieu et envers un peuple opprimé et persécuté.

Par la personne de Krafft-Bonnard, ce que le peuple Suisse a fait pour les Arméniens était une expression suprême de l'action humanitaire chrétienne. Beaucoup de pays ont abandonné les Arméniens au nom d’intérêts que l'on nomme géopolitiques.

Mais le peuple Suisse est devenu le bon Samaritain de l'Evangile. Pour les Suisses, l’aide aux Arméniens n'était pas seulement une « œuvre humanitaire ». C’était essentiellement un engagement spirituel et moral de secours d'un peuple massacré, un engagement sans bruit et sans considérations d’intérêt.

Par la personne de Krafft-Bonnard, ce que le peuple Suisse a fait aux Arméniens n'était pas de l’ordre de la charité ordinaire, un service provisoire, mais un acte humain par excellence, consistant à restaurer et respecter la dignité humaine d'un peuple persécuté. Krafft-Bonnard a écrit: "Si un Arménien sollicite votre aide, il faut que vous l’aidiez avec une responsabilité humaine". Oui, aider les Arméniens dans la détresse était une responsabilité humaine et morale. C'est pourquoi, l’ensemble du peuple suisse, Protestants et Catholiques, Chrétiens et non-chrétiens, ont participé au secours des Arméniens dans l'Empire Ottoman, avant, pendant et aussi après le génocide arménien.

Krafft-Bonnard a souvent dit: "ce ne sont pas des hommes qui m'ont confié cette tâche, mais le Christ". C'est avec cette foi profonde et cette conviction ferme qu’aider les Arméniens est devenu pour ce pasteur humble de Begnin une vocation essentiellement chrétienne, et une mission confiée par Dieu.

Aider les Arméniens était une initiative et engagement du peuple Suisse. Par conséquent, à côté des aides humanitaires et de l’assistance sociale, effectuées par Krafft-Bonnard et d’autres, on ne peut pas oublier les protestations populaires et les requêtes du peuple auprès du Conseil Fédéral et les démarches diplomatiques auprès des gouvernements en faveur de la cause Arménienne.

Antony Krafft-Bonnard : voilà un Suisse qui a sacrifié sa vie pour l’aide aux orphelins et rescapés arméniens, et pour la défense de la dignité humaine.
On ne peut pas, il ne faut pas, oublier notre passé. L'amitié arméno-suisse est profondément enracinée dans la mémoire collective de nos églises et de nos peuples. Ni le temps, ni les circonstances politiques ne peuvent effacer l'amitié arméno-suisse. Antony Krafft-Bonnard, cet illustre pasteur de la commune de Begnin occupe une place particulière dans l'histoire contemporaine du peuple arménien.

A l’occasion du centenaire du génocide arménien, je voudrais, en tant que chef spirituel, exprimer nos remerciements les plus profonds à la commune de Begnin, et témoigner de notre reconnaissance envers le peuple Suisse. Un grand merci à un grand ami des Arméniens.


ARAM I
CATHOLICOS DE CILICIE


Septembre 2015
Suisse